Tout ce que vous devez savoir sur la vaccination.

 

Depuis la survenue de l'accident de Oued El Abtal (wilaya de Mascara, secteur sanitaire de Tighenif, Cliquez ici), où sept nourrissons sont décédés, dans la matinée du 22 décembre 2001, du fait de l'administration d'un vaccin anti-rougeoleux reconstitué sur place avec un solvant autre que celui fourni par l'Institut Pasteur et qui s'est révélé être un produit toxique, la question de la vaccination, de la sécurité vaccinale, a fait la une des journaux et a entretenu un sentiment de peur et d'angoisse fort compréhensible mais néanmoins non justifié et surtout préjudiciable à la préservation de la santé des enfants.
Il est important de savoir que rien ne peut remplacer la vaccination pour se protéger contre certaines maladies pouvant aller jusqu'à la paralysie totale ou la mort.
Il est important aussi de savoir que les vaccins utilisés subissent des contrôles rigoureux qui en garantissent non seulement l'efficience mais aussi la sécurité car ce qui s'est passé à Oued El Abtal n'est pas lié à la qualité du vaccin anti-rougeoleux utilisé mais, est la conséquence d'une série d'actes qu'il appartient à la justice de clarifier et de qualifier et qui n'ont rien à voir avec la qualité du vaccin.

Ce mini dossier, élaboré par la Cellule de Communication et s'inspirant largement et librement des dossiers de l'UNICEF et de l'OMS, a pour objectif de proposer des réponses aux questions qu'on peut se poser au sujet de la vaccination et de montrer que les avantages et les bénéfices liés à la vaccination l'emportent largement sur les risques infimes qui peuvent se produire dans n'importe quel pays du monde.
Nous voudrions aussi faire la lumière, toute la lumière, sur les inexactitudes et les fausses informations sur la vaccination, la sécurité vaccinale et les maladies évitables par la vaccination
.

 

La vérité sur les maladies évitables par la vaccination

LA DIPHTERIE, LE TETANOS & LA COQUELUCHE

La diphtérie, qui se transmet facilement par la toux et la sternutation (suite d'éternuements), peut provoquer la paralysie, des problèmes respiratoires et cardiaques et la mort.

Le tétanos se produit lorsque le germe du tétanos pénètre dans une coupure ou dans une plaie. Il peut provoquer des spasmes musculaires, des problèmes respiratoires et cardiaques et la mort.

La coqueluche, qui se transmet par la toux ou la sternutation, provoque de longues quintes de toux qui font que l'enfant a des difficultés à manger, à boire et même à respirer. La coqueluche peut causer des problèmes pulmonaires, des crises, des lésions cérébrales et la mort.

 

L'HEPATITE B

L'hépatite B est une infection du foie. Elle peut se transmettre d'une mère infectée à son nouveau-né, pendant l'accouchement et d'une personne à une autre, par le sang ou les sécrétions du corps ou encore par des contacts intimes. Le virus de l'hépatite B peut causer des lésions du foie, le cancer du foie et la mort. C'est la seconde cause de cancer chez l'homme, après la cigarette.

LA ROUGEOLE,.

La rougeole provoque une forte fièvre, une irruption et des symptômes semblables à ceux du rhume. Elle peut entraîner la surdité, la pneumonie, des lésions cérébrales, voire la mort. La rougeole est si contagieuse qu'un enfant, qui n'a pas été vacciné, a de fortes chances de contracter la maladie, s'il entre en contact avec elle. En fait, le virus de la rougeole peut persister dans l'air (et être contagieux) pendant une durée pouvant aller jusqu'à deux heures après que le malade ait quitté la pièce.

LA POLIOMYELITE

La poliomyélite provoque de la fièvre et peut se transformer en méningite et/ou en paralysie à vie. La poliomyélite peut être mortelle. Les personnes infectées par le virus de la poliomyélite propagent le virus à travers leurs selles et peuvent contaminer les autres.

 

La vaccination sauve des vies

La vaccination est l'un des plus grands succès médicaux de l'histoire de l'humanité et a permis de sauver des millions de vie au cours du 20 e siècle. On peut prévenir de nombreuses maladies infantiles grâce aux vaccins généralement recommandés pour les enfants. Depuis l'introduction généralisée de ces vaccins en Algérie, des maladies telles que la poliomyélite, la rougeole, la diphtérie, la coqueluche ont diminué de 85 à 95%. Avant l'avènement de la vaccination et la mise en oeuvre effective du Programme Elargi de Vaccination (PEV, cliquez ici en PDFou Word) et des campagnes de consolidation et de rattrapage, des dizaines de milliers d'enfants étaient infectés et un grand nombre d'entre eux mourraient en Algérie chaque année de ces maladies

C'est ainsi que l'intensification de la vaccination contre:

Dans le monde, 600.000 enfants meurent chaque année de la coqueluche au sein des populations qui ne sont pas complètement vaccinées. Sans l a vaccination, les maladies contre lesquelles nous sommes maintenant protégés vont réapparaître pour rendre malade, voir tuer de nombreux bébés et enfants. Une grande partie des enfants qui survivent pourraient souffrir de problèmes de santé chronique pour le restant de leur vie.

La vaccination permet de prévenir la propagation des maladies Les maladies se propagent dans les communautés en infectant les individus non- vaccinés ainsi que la petite proportion d'individus sur qui la vaccination n'a pas d'effet. Les personnes qui ne sont pas vaccinées augmentent, pour les autres membres de la communauté et elles-mêmes, les risques de contracter les maladies évitables par la vaccination. Pour certaines maladies très contagieuses telles que la rougeole, même une poignée d'individus non-vaccinés ou pas complètement vaccinés peuvent

provoquer une épidémie. A titre d'exemple,

 

En 1998 et 1999 des journées de vaccination sub-nationales ont été organisées touchant surtout les Wilayates frontalières au contact de la ceinture sub-saharienne zone où circule encore selon l’OMS le virus sauvage de la poliomyélite.

 

Notons qu’après ces épidémies, un avant projet d’élimination de la rougeole a été mis en place par la direction de la prévention instituant un système de surveillance sérologique avec la collaboration de l’Institut Pasteur d’Algérie (devant toute flambée de rougeole il est impératif de faire une sérologie ). Les premiers résultats ont montrés que dans plus de 90% des cas rougeole déclarés, il s'agissait de cas de rubéole, d’ou l’intérêt de multiplier l’installation de ce genre de Laboratoire dans différentes régions du pays.

Il est à noter que " l’éradication " de la rougeole reste un objectif majeur de       l’OMS dans les dix à quinze années à venir après l’éradication de la       poliomyélite

 

La vaccination n'est pas dangereuse

La vaccination est très sûre; sa sécurité et son efficacité ne cessent de s'améliorer, grâce à la recherche médicale et aux études en cours menées par les médecins, les chercheurs et les responsables de la santé publique. La vaccination est faite pour que les individus qui sont en bonne santé le restent, et elle est entourée des normes de sécurité les plus strictes Le nombre de vaccinations recommandées a augmenté en Algérie parce que nous sommes, plus que jamais, en mesure de protéger nos enfants contre davantage de maladies graves.

La vaccination permet de faire des économies

Chaque dollar dépensé pour les vaccinations permet d'en économiser 7 sur les coûts médicaux et 25 sur les coûts généraux liés aux maladies évitables par la vaccination.
Aux Etats Unis, le coût médical direct de l'épidémie de rougeole de 1989-1991, a été estimé à plus de 150 millions de dollars. Ce chiffre n'inclut pas les coûts indirects pour la famille, tels que les jours de travail et d'école perdus et les soins prodigués à l'enfant.
Actuellement, on estime aux USA à plus de 500 millions de dollars par an, les coûts médicaux directs et indirects (perte de travail) de la maladie du foie liée à la non vaccination contre l'hépatite B.

 

La vaccination constitue une bonne protection

La vaccination est, pour les parents, le principal et unique moyen de protéger leurs enfants contre les maladies graves. Les enfants qui n'ont pas été vaccinés courent beaucoup plus de risques d'être infectés par des maladies graves. Ainsi, selon une étude récente, les enfants qui ne reçoivent pas leur vaccin contre la rougeole ont 35 fois plus de chances de contracter la maladie.
La vaccination utilise naturellement la résistance du système immunitaire de l'organisme pour combattre les maladies.
Il n'existe pas d'alternatives efficaces à la vaccination en matière de protection contre les maladies infectieuses graves et parfois mortelles. Même si, chez les bébés, l'allaitement peut aider à prévenir certaines maladies, il n'est pas aussi efficace que la vaccinations, en ce qui concerne la protection contre les maladies graves.

Le système immunitaire et le mode de fonctionnement des vaccins

Le système immunitaire est le mécanisme de défense présent chez chaque individu, il aide l'organisme à lutter contre la maladie. La science médicale a trouvé un moyen efficace d'aider le système immunitaire à lutter contre la maladie grâce à l'utilisation des vaccins.

! Lorsque vous êtes atteint d'une infection, votre corps réagit en produisant des substances appelées anticorps. Ces anticorps luttent contre les germes envahisseurs (antigènes) ou la maladie et vous aide à vous remettre de la maladie. En général, les anticorps restent dans votre système, même après la maladie et vous protègent à nouveau contre cette même maladie. Cela s'appelle l'immunité.

! Les nouveau-nés sont souvent immunisés contre certaines maladies parce qu'ils reçoivent des anticorps de leurs mères (anticorps maternels). Toutefois, cette immunité n'est que temporaire.

! Nous pouvons faire en sorte que les enfants conservent l'immunité à de nombreuses maladies, même après la perte des anticorps transmis par leur mère, en les vaccinant. Les germes (virus, bactéries) qui sont responsables de la maladie sont affaiblis et ensuite utilisés pour préparer les vaccins. Ces vaccins peuvent être administrés aux enfants par injection ou sous forme de gouttes à avaler.

! Les vaccins font croire à l'organisme qu'il est en train d'être attaqué par une maladie spécifique et le corps réagit en produisant des anticorps. Ensuite, l'enfant est protégé(e), s'il ou elle est en contact avec la maladie plus tard.

! Certains vaccins sont composés du virus atténué de la maladie. Ces vaccins (le vaccin contre la rougeole, par exemple) sont très efficaces. D'autres, sont des vaccins "inactivés" (tués) et il faut plusieurs doses pour développer la réponse immunitaire (par exemple, le Vaccin Inactivé contre la Poliomyélite). D'où le principe des rappels périodiques.

Et saviez-vous...

! Qu'avec l'augmentation des voyages internationaux et des échanges commerciaux formels et informels, les maladies graves, évitables par la vaccination, ne sont plus très loin de nous.

! Que même si une maladie n'existe plus aujourd'hui dans une communauté, les bactéries et les virus qui en sont la cause n'ont pas disparu. Des épidémies peuvent se déclarer et se déclarent dans les communautés qui ne sont pas protégées par la vaccination.

! Que les vaccins sont gratuits dans toutes les structures publiques de santé

! Que bon nombre des maladies contre lesquelles les vaccins protègent ne peuvent pas être bien traitées ou soignées.

! Que les bébés sont souvent plus sensibles à la maladie parce que leur système immunitaire ne peut pas lutter facilement contre les bactéries et les virus. Souvent, les effets des maladies sont plus graves chez les bébés que chez les enfants plus âgés.

! Qu'un vaccin périmé ne devient pas toxique, il perd seulement de son efficacité en matière d'immunisation,

! Que certaines vaccinations nécessitent des rappels périodiques pour maintenir l'efficacité du système immunitaire comme par exemple la vaccination contre la Diphtérie et le Tétanos qui nécessite un rappel tous les 10 ans.

! Que la vaccination contre la Fièvre Jaune doit être faite au moins 10 jours avant d'entamer un voyage dans un pays où la fièvre Jaune est endémique et ce afin de permettre à votre organisme de développer les anticorps nécessaires à l'immunisation contre cette maladie,

! Que pour toute information sur les vaccinations qui n'entrent pas dans le cadre du Programme Elargi de Vaccination, vous pouvez prendre attache avec l'Institut Pasteur d'Algérie (Cliquez ici) ou avec la Cellule de Communication du Ministère de la Santé et de la Population ( email, téléfax 021.279268) qui vous renseigneront sur les modalités pratiques et la marche à suivre.

 

Pour toute suggestion ou remarque concernant cette page, vous pouvez nous joindre sur mscom@sante.dz. à l'attention de M. BELKESSAM.